Les graisses et les ogives

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les graisses et les ogives

Message  longrifle le Lun 23 Sep - 0:07

FABRICATION des GRAISSES  et leur usage...

Leur usage va du simple entretient des mécanismes et canoneries, jusqu'au graissage des ogives, permettant un bon décrassage des résidus de tir.
Chacune à sa spécificité, et une graisse qui fonctionne bien dans certaines conditions peut s'averer désastreuse dans d'autres...
Le climat et les températures d'utilisation peuvent obliger à modifier certaines proportions...

La plupart des éléments constituants sont issue de végéteaux ou animaux....
Les produits pétroliféres sont a proscrire en PN car  ils encrassent et tournent en pâte collante...
A l'inverse, en poudre sans fumée, certains produits issu du pétrole sont excellents.

les mélanges ne sont pas toujours à suivre au pied de la lettre, et les proportions peuvent etre modifiée dans une large plage pour adapter la graisse a un usage spécifique ou une température d'utilisation extrème...

Ingrédients les plus utilisé au 19eme siecle...
la cire d'abeille : Elle permet la tenue des autres ingrédients en masse solide et se liquéfie lors des températures atteinte par le tir... elle permet aussi d'obturer les logements de cheminées aprés avoir mis les amorces en place. Cela permet d'etanchéifier les chambres tout en laissant libre le départ du coup car les amorces sont "Waterproof" et ne se dégrade pas au contact de la cire, contrairement a la présence de graisse ou d'huile.

L'huile d'olives : Elle a d'excellentes propriété mécaniques anti frottement, meme aux températures élevées...
Je l'utilise pure pour huiler l'arme comme par exemple, l'axe de barillet.

Le suif animal : Base de beaucoup de graisses, il est réputé pour ses caractéristiques anti frottement tout en etant moins liquide que l'huile d'olives.

Quelques recettes issue du 19eme siecle...
Les proportions sont données en volume (aproximatif), pas au poids.

US Army 1855 Rifle- 1 part cire d'abeilles, 3 parts de suif.
Maynard Rifle 1890 - 1 part cire d'abeilles, 3 parts de suif.
Marlin Firearms  1891 - 1 part cire d'abeilles, 4 parts de suif.
US Army 1861 Springfield - 8 parts cire d'abeilles, 1 part de suif.

On voit ci dessus, que suivant les années, les fabriquants, si les composants sont les memes (encore que.. il peut y avoir pas mal de différence de qualité des produits) , il peut y avoir une plétore de mélange a proportions fort différentes...

US Army 1873 - 8 parts bayberry wax, 1 part graphite
US Army 1880 - cire du Japon  (issue d'un fruitier japonais, et trés utilisé au 19eme siecle dans le monde entier)
Sharps Rifle Co. 1878 - 1 part cire d'abeilles, 2 parts huile de baleine.
Smith & Wesson 1891 -  suif pur.

Quelques recettes personnelles
-60 % de cire d'abeille + 40 % d'huile d'olive.

-60 % de cire d'abeille + 30 % d'huile d'olive + 10% d'huile BALISTOL ( attention, il faut mélanger pendant refroidissement car le balistol n'est pas miscible dans les 2 autres composants )
Fonctionne bien dans les revolvers et les cartouches métallique de faible puissance ... bon rendement dans le 44-40 et le 56-50.

-25 % de cire d'abeille, 65% de suif et 10% de graphite en poudre.
Pour les balles qui ont des vitesses initiales élevées, et peu de volume de gorge de graissage

Conception de la graisse...
-le pouvoir "mouillant" de la graisse ( qui se transforme en huile lors du tir) doit etre adapté à la longueur du canon de l'arme, et  fonction aussi de la poudre utilisée.
Lors du tir, dans une arme longue, on en apprend beaucoups en regardant les résidus dans le canon.

Un canon encrassé sur son premier tier, indique une graisse trops dure, qui ne fond pas suffisament vite.
Un canon encrassé vers la bouche indique une graisse trops molle , fondue trops vite, ou en trops faible quantitée ( volume des gorges trops faibles ).

- La viscosité de la graisse doit etre assez grande pour qu'elle reste dans les gorges meme aux températures ambiantes, mais doit etre suffisament "fondante" pour que sous le coup de la montée en température et de l'accélération prise par la balle, elle puisse s'écouler dans les rayures lors du trajet du projectile. Trop dure, la graisse ne sert à pas grand chose, trops fondante, elle ne va pas suffisament s'étaler dans le canon.
- La température exterieure : froid ou chaud, les mélanges de graisses doivent s'adapter pour que leur viscosité reste optimale.

- les gorges de graissage ont un certain volume...il faut que ce volume de graisse suffise à "mouiller"  la totalité des résidus du canon.

-une graisse bien concue doit avoir finie de fondre des gorges de graissage lorsque le projectile sort du canon.
En effet si il en reste beaucoup sur le projectile, cela revient a avoir des projectiles de poids et de balourds incertains.
En tir longue distance,  il ne sert donc à rien de peser des balles au centieme de gramme pour optimiser la balistique, si au moment de la sortie du canon, les projectiles ont des disparités de poids.

longrifle

Messages : 5930
Date d'inscription : 29/09/2008
Age : 69
Localisation : île-de france et des alentours

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les graisses et les ogives

Message  Hécate le Mer 25 Sep - 13:08

Pour mon Ruger OA c'était cire d'abeille et vaseline. Oui, je sais, les produits végétaux ou animaux sont censés apporter moins de résidus dans le canon que les produits minéraux.
N'empêche, je n'ai jamais eu de problème d'encrassement particulier. Et sans semoule.
Je ne cherche pas les points non plus ...

Hécate

Messages : 63
Date d'inscription : 13/05/2013

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum